De quels joueurs la France doit-elle se méfier contre l’Australie ?

0

Samedi à midi aura lieu le premier match des Bleus dans ce Mondial et contre l’Australie. Une équipe largement à la portée des Français sur le papier, mais les Socceroos ont quelques atouts dont les tricolores vont devoir se méfier. Tour d’horizon.

Quand on parle de l’équipe d’Australie, un seul nom résonne dans la bouche de chacun : l’emblématique Tim Cahill, tête d’affiche de cette nation depuis plus de 14 ans. Le milieu offensif de 38 ans reste l’un des joueurs majeurs du groupe, de par son expérience et ses qualités de buteur. Fort sur les duels aériens à l’image de cette équipe, il sait aussi tenir le ballon et contribue aux efforts défensifs. Des réserves subsistent néanmoins sur son niveau physique. La cause ? Il vient de connaître une saison difficile en cumulant seulement 157 minutes de temps de jeu, dont 63 en Championship avec le club Londonien de Millwall. L’époque des saisons pleines avec Everton est donc bien loin. Mais ses 50 buts en 105 sélections, qui en font le meilleur buteur de l’histoire de l’Australie incitent à la prudence. S’il vient à marquer durant cette compétition, il rentrera dans le cercle très fermé des joueurs ayant inscrit au moins un but dans 4 coupes du monde différentes. Il rejoindrait notamment le Brésilien Pelé, ou encore l’Allemand Miroslav Klose. Remplaçant durant les deux derniers matchs amicaux, il pourrait être la surprise du sélectionneur Australien sur ce premier match.

Un autre joueur partage également la tête d’affiche de cette équipe : Mile Jedinak. Véritable poison quand il s’agit d’intercepter les ballons, le milieu défensif de 33 ans sait aussi se montrer dangereux sur coups de pieds arrêtés. Le natif de Sydney a ainsi inscrit 18 buts en 75 sélections ! Une performance pas anodine pour un joueur à vocation défensive. Il a malgré tout perdu sa place de titulaire au profit de Massimo Luongo, milieu de 25 ans évoluant au Queens Park Rangers. Autre coup dur pour lui, la perte du brassard de capitaine sur ces derniers matches en faveur du défenseur central Trent Sainsbury. Nul doute que le joueur d’Aston Villa aura à coeur de montrer à son sélectionneur qu’il a les qualités pour porter son équipe grâce à son expérience, que ce soit dans le vestiaire ou sur le terrain afin de glaner du temps de jeu. Mais ce n’est pas le seul à avoir des choses à prouver à Bert van Marwijk, l’entraîneur des jaunes et verts.

Il y a également dans cette équipe, un avant-centre qui sort du lot. Avec 8 buts en 35 sélections, Tomi Juric est l’une des armes principales de cette équipe Australienne. L’attaquant du FC Lucerne vient de conclure une bonne saison comptabilisant 9 buts et 6 passes décisives en 31 matches toutes compétitions confondues. Son défaut principal ? Il est impulsif et peut sortir de son match. Il compte d’ailleurs 2 cartons rouges cette saison, de quoi donner des idées aux Français. Enfin, un doute subsiste concernant sa forme physique. Le joueur revient d’un mois d’absence après une blessure au genou. Utilisé en remplaçant durant les derniers matches de préparation, un œil attentif devra lui être réservé.

L’Australie possède également un titulaire en puissance en la personne de Mathew Leckie, l’ailier droit évoluant au Hertha Berlin. Avec ses 8 buts en 53 matches sous les couleurs des Socceroos, le joueur sait se montrer dangereux. Fort dans les duels aériens et rugueux, il commet beaucoup de fautes bien qu’il en provoque aussi. L’ailier est l’un des rares Australiens à évoluer au plus haut niveau, en Bundesliga depuis 2011. Les 1m82 et la puissance physique de M. Leckie seront à surveiller. Il vient d’inscrire 2 buts lors de ses 2 derniers matches de préparation pour cette Coupe du Monde. Benjamin Mendy ou Theo Hernandez n’auront pas la tâche facile face à lui.

Enfin, un homme sera particulièrement à suivre lors de cette rencontre, le milieu offensif du Celtic Glasgow Tomas Rogic. L’Australo-Serbe sort d’une saison réussie du côté de l’Ecosse avec pas moins de 8 buts et 9 passes décisives en 41 matches toutes compétitions confondues. Surnommé le magicien d’Oz par ses supporters, le joueur d’1m88 est impressionnant balle au pied. Disposant d’une bonne conduite de balle, il n’hésite pas à s’infiltrer dans la surface adverse multipliant les gestes de classe, madjer ou reprise de volée, et ses tirs de l’extérieur de la surface sont également des dangers permanents ! Lui laisser trop d’espace pourrait s’avérer risqué. Malgré son jeune âge (25 ans), son palmarès est déjà bien fourni. Il remporte la saison régulière de la Ligue d’Australie en 2012 tout d’abord, puis devient 5 fois champion d’Ecosse, double vainqueur de la Coupe de la Ligue écossaise en 2016 et 2017 et double vainqueur de la Coupe d’Ecosse en 2017 et 2018. Une expérience importante et une habitude de la pression qui seront certainement bénéfiques pour cette équipe où rares sont ceux qui côtoient le plus haut niveau en club. Espérons qu’il ne joue pas un mauvais tour aux Français.

Malgré une supériorité apparente de l’équipe de Deschamps, il serait donc hautain de crier victoire trop vite face aux Socceroos qui disposent de joueurs offensifs aux profils très intéressants. Les Australiens auront à cœur de réaliser un meilleur parcours qu’en 2014 où ils ont connu 3 défaites en autant de matches. La France est prévenue.

Fabien Davies

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom