L’histoire penche vers le Brésil

0

Alors que ce match déterminera peut-être le futur adversaire des Bleus en demi-finale de Coupe du Monde, La Belgique et le Brésil ont de quoi se redouter. Entre attaques de feu et une défense plus friable que l’autre, revue des points forts et faibles de chacun.

Un historique favorable au Brésil

Le seul Brésil – Belgique en Coupe du Monde avait été remporté 2-0 en faveur des sud-américains. C’était en 2002, match comptant pour les 8èmes de finale. Alors que M. Wilmots s’était vu injustement refuser son but de la tête, les Brésiliens vont finalement ouvrir le score par l’intermédiaire de Rivaldo, avant de se faire crucifier par El fenomeno Ronaldo à la 87ème minute. Un évènement qui aura marqué tout le peuple belge qui attend un tout autre scénario samedi. Il est intéressant de noter malgré tout que dans l’historique des confrontations entre ces deux nations, le Brésil a pris un léger ascendant. En 4 rencontres, le Brésil compte 3 victoires pour une seule défaite. Les Belges auront fort à faire pour réequilibrer tout cela. 

Des similitudes mais la balance penche

Concernant leurs attaques respectives, les Belges n’ont clairement pas à rougir face à la nation du roi Pelé. Sur les 8 derniers matches disputés par les deux équipes, elles comptent plus de 2,5 buts marqués dans 7 de ces rencontres. Elles ont d’ailleurs toujours marqué lors de chaque match dans cette Coupe du Monde. Rien de surprenant quand d’un côté il y a Neymar, Willian, Coutinho et autre Gabriel Jesus, et que de l’autre se trouve Lukaku le 2ème meilleur buteur de ce mondial, Hazard, Mertens ou encore De Bruyne.  

Là où la différence se fera sans doute, c’est au niveau des défenses. La Belgique a déjà encaissé 4 buts lors de cette Coupe du Monde, là où l’arrière garde brésilienne n’en a pris qu’un seul et a gardé sa cage inviolée depuis 3 matches désormais. Les coéquipiers de Neymar ont même enregistré 5 clean sheet lors de leurs 6 derniers matches ! Mais les jaunes et bleus devront se passer du madrilène Casemiro suspendu, ô combien important dans l’entre-jeu et en premier rideau défensif. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ?

Vaincre la malédiction

Cette rencontre sera pour les deux équipes une façon de briser aussi une certaine malédiction. La Belgique par exemple a perdu 3 de ses 4 derniers duels face à des équipes sud-américaines et n’en a remporté qu’un seul. La dernière en date est dans toutes les têtes, avec cette défaite contre l’Argentine 1-0 lors des quarts de finale du Mondial 2014. Quant au Brésil, bien qu’il soit présent pour la 7ème fois consécutive à ce stade de la compétition, il a été éliminé lors des 3 dernières éditions contre des équipes européennes dont la France en 2006. De quoi s’inquiéter d’un côté comme de l’autre et de rester sur ses gardes.

Léger avantage donc au Brésil pour ce quart de finale. Mais les Belges ont malgré tout le potentiel offensif et l’abnégation pour pouvoir l’emporter. Ils l’ont démontré contre le Japon. Si la France se qualifie contre l’Uruguay, elle rencontrera en tout cas l’une de ces deux formations. Laquelle ? Réponse samedi soir. 

Fabien Davies

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom