Comme toujours, le derby entre St-Etienne et Lyon a tenu ses promesses et même plus encore. Dans le chaudron de Geffroy-Guichard plein à craquer et dans une ambiance de folie, les lyonnais sont sortis victorieux de ce derby qui restera dans l’histoire, pour son score, sa tension et son ambiance folle. Retour sur ce match pas comme les autres.

Derby historique

Lyon n’avait plus gagné à Geffroy-Guichard depuis un certain soir de 30 mars 2013 et cette victoire à l’arrachée sur un but de Jimmy Brian à la 93e minute (derby d’ailleurs élu le plus marquant par les Benchr présents dimanche soir, à majorité lyonnais). Autant dire que les gones attendaient cette victoire avec impatience chez l’ennemi régional. Et quelle victoire ! Un score sans appel, 5-0 en guise d’humiliation. Un score historique qui vient quelque part effacer l’humiliation du 5 octobre 1969 et ce 1-7 subi à domicile. Ce Lyon a dominé le derby malgré des supporters stéphanois plus que chauds bouillants. Même à 0-3, les chants n’ont jamais cessé. Si la performance des joueurs de St-Etienne a été plus que décevante, celle des supporters à été sublime : tifos impressionnants, chants sans discontinu… Seul bémol, les fumigènes de début de match et l’intrusion sur la pelouse des supporters à la suite de la célébration maladroite de N. Fékir, et qui a perturbé la fin d’un match très engagé et passionnant.


Beaucoup (trop ?) de passion

Si les joueurs de l’ASSE sont mal rentrés dans leur match (à l’image du premier but de l’OL), les lyonnais ont fait preuve d’une grande maîtrise laissant parfois la possession à St-Etienne pour mieux les contrer. En effet, les joueurs d’ O. Garcia se sont beaucoup découverts pour revenir au score laissant énormément d’espace dans leur dos. Ce que les lyonnais ont très vite compris, marquant sur des attaques rapides, voir fulgurantes. Beaucoup moins juste techniquement, les stéphanois n’ont su répondre que par l’engagement et l’envie proposée dans les duels. Une passion qui va leur coûter chère à l’image de l’excès d’engagement de L. Lacroix, qui se fait logiquement expulser sur un tacle par derrière sur N. Fekir. Ce dernier, principal acteur de la victoire lyonnaise avec deux buts, a réalisé un énorme match et subi beaucoup de fautes, il est, avec le solide Marcelo présent dans le 11 Benchr de la journée. Ceci pouvant expliquer sa volonté de « chambrer » lors du dernier but de l’Olympique Lyonnais, qui a beaucoup fait parler et entaché la magnifique prestation lyonnaise.

Un match avec beaucoup d’envie, de passion et des supporters qui ont magnifiquement animé le match, même si parfois emporté par l’enjeu du derby. Ce derby restera dans l’histoire des derbys tant par son contenu que pour tout ce qu’il a engendré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom