Les outsiders #1 : Egypte

0

Un pénalty salvateur de Mohamed Salah à la 95e minute et le ticket pour la Coupe du Monde décroché, l’Égypte participera à sa troisième édition dans son histoire. Après 1934 et 1990, c’est tout un peuple qui savoure ce retour pour le plus prestigieux des tournois. Emmenés par la star de Liverpool, que valent les Pharaons et que peuvent-ils prétendre faire durant le Mondial ? Focus sur l’Égypte.

Un entraineur expérimenté

Hector Cuper, ancien entraineur de l’Inter Milan, avait emmené Valence en finale de la Ligue des Champions en 2000 et 2001, toutes deux perdues. En poste depuis 2015, le peuple égyptien peut compter sur lui avec son expérience acquise au sein des nombreux clubs entrainés. Il a atteint son défi le plus « relevé » selon ses dires, malgré les nombreuses critiques qu’il a reçu, comme évoqué après la qualification, où il a dit prendre des médicaments contre l’hypertension en raison du stress. L’Égypte pourra peut-être enfin passer les poules, chose qu’elle n’a encore jamais réussi dans son histoire, elle en a tout cas les moyens.

Un effectif méconnu

Si Mohamed Salah est le joueur sur lequel compte tout le pays, il sera suppléé par d’autres noms connus du football européen, comme le milieu de terrain d’Arsenal Mohamed Elneny, et le milieu offensif de Stoke City Ramadan Sobhi, âgé seulement de 21 ans, contraste total avec le mythique gardien de 44 ans, Essam El Hadary. Finaliste de la dernière Coupe d’Afrique des Nations en 2017, cet effectif a fini premier de sa poule des éliminatoires du Mondial devant le Togo, le Congo, et le Ghana, surprenant absent de cette Coupe du Monde 2018.

Une équipe joueuse

Si peu de pays africains sont réputés pour produire un jeu alléchant, l’Égypte pourrait contredire ces préjugés. Depuis la CAN 2017, elle est une équipe très solide défensivement (3 buts encaissés durant ce tournoi dont 2 en finale, et 4 buts encaissés lors des qualifications au Mondial). Mais les hommes d’Hector Cuper veulent jouer au football, et installés dans un 4-3-3 depuis cette compétition, l’argentin a trouvé le parfait équilibre entre solidité défensive et l’armada offensive. Avec Elneny et Hamad à la création du jeu, l’Égypte pourrait bien faire plus de dégâts que ses concurrents ne le pensent.

Les prétentions au Mondial

Actuel 30e au classement FIFA, l’Égypte bénéficie d’un groupe abordable où seul l’Uruguay semble être favori du groupe. La qualification se jouera avec la Russie qui jouera devant son douzième homme, l’espoir est donc permis pour les pharaons !

Yan Houdry

Épisode suivant: Pérou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom