Les outsiders #3 : Islande

0

C’était LA révélation du dernier Championnat d’Europe, et elle disputera cet été sa première Coupe du Monde en Russie. L’Islande sera-t-elle encore une fois la surprise de la compétition ? Ayant fini première de son groupe de qualifications en devançant la Croatie, l’Ukraine et la Turquie, l’Islande ne cesse de surprendre. Zoom sur une équipe atypique composée de guerriers.

Un effectif méconnu

A l’image du Pérou dans notre précédent épisode, l’Islande comprend un effectif méconnu, dans lequel figurent beaucoup de joueurs évoluant dans les pays nordiques ou en Grande-Bretagne. Quelques noms sortent tout de même du lot, comme Birkir Bjanason d’Aston Villa et Gylfi Sigurðsson, récemment arrivé à Everton pour 50M€. La France elle, verra un actuel pensionnaire de Ligue 1 évoluant au FC Nantes, Kolbeinn Sigþórsson, et l’ancienne star notamment passée par Chelsea, Barcelone et Monaco, Eiður Guðjohnsen.

L’entraîneur-dentiste

Il sera donc le seul dans ce cas durant le tournoi -de l’histoire ?-, depuis le départ de Lars Lagerbäck après l’Euro 2016. Heimir Hallgrimsson devra donc mettre son travail de dentiste de côté afin de commander seul la sélection islandaise pour le Mondial. Tous deux avaient réussi l’exploit de hisser le pays jusqu’au stade des quarts de finale il y a deux ans. Celui qui considère ses joueurs comme “l’armée Islandaise”, a su apprendre toutes les facettes de l’entraîneur aux côtés du suédois Lagerbäck, pour maintenant diriger seul et avec réussite la nation aux 320 000 habitants.

Un jeu atypique

Avant l’Euro 2016, personne ne connaissait cette sélection. Et pour cause, cette participation était sa première de l’histoire, la Coupe du Monde sera sa deuxième et son premier grand bain dans le football mondial. C’est donc en 2016 que l’on a découvert un jeu très différent de ce que l’on connaissait dans le football d’Europe de l’ouest. Les Islandais sont grands, forts et surtout très solidaires. C’est une équipe qui joue peu au sol mais se projette vite vers l’avant, et avec pour preuve ses 33% de possession de balle par match pour un but tous les deux tirs cadrés, en moyenne par match. Autre qualité des islandais ? Les touches longues. A l’instar de Rory Delap, les touches longues sont les spécialités des Islandais, développées afin de bonifier la grande taille de leurs attaquants, ce qui leur a notamment permis d’égaliser contre l’Angleterre en 8e de finale du dernier Euro.

Ce que peut espérer l’Islande pour le Mondial

Dans la poule D composée de l’Argentine, du Nigéria et de la Croatie, pays lequel l’Islande a devancé en qualifications, Strákarnir okkar (comprenez Nos gars) ont toutes leurs chances de mettre en difficulté ses adversaires du groupe.

Yan Houdry

Épisode précédent: Pérou

Épisode suivant: Maroc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom