Les outsiders #6 : Serbie

0

Parmi les équipes qui avaient manqué à l’appel à la dernière Coupe du Monde, la Serbie en fait partie. Après avoir impressionné en phase de qualifications en terminant première de sa poule devant l’Irlande, le Pays de Galle et l’Autriche, c’est une équipe expérimentée dont la grande majorité de l’effectif est connue qui va débarquer en Russie. Focus sur une nation qui peut enfin faire parler d’elle dans un tournoi international.

Enfin une génération dorée

La Serbie est bien connue pour ses équipes de jeunes qui réalisent très souvent de beaux parcours en compétitions internationales, mais jusque-là, la Serbie n’a encore jamais -sous ce nom- réussi à les bonifier pour en faire des équipes A suffisamment fortes.  Aujourd’hui, l’effectif serbe est doté de très bons joueurs à tous les postes, qui tirent la sélection vers le haut. Parmi eux, Branislav Ivanonic, Aleksandar Kolarov, et Nemanja Matic sont les principales stars de la sélection. Si l’équipe serbe comprend de nombreuses individualités très performantes dans leurs clubs respectifs, elle reste néanmoins compliquée à cerner dans son identité de jeu.

Un intérimaire pour le Mondial

C’est dans un contexte complexe que la Serbie va arriver en Russie. En effet, la Fédération Serbe s’est séparée de son entraineur Slavo Muslin, ancien joueur de Ligue 1 dans les années 80, par « consentement mutuel » avait annoncé la Fédération. En vérité, le cas Milinkovic-Savic, que le sélectionneur serbe refusait de faire jouer, aurait divisé les deux camps. Depuis la qualification, c’est son ancien adjoint, Mladen Krstajic, qui a pris les rênes de la sélection, dans l’attente de son successeur, qui n’a toujours pas été nommé. Il est probable que ce nouveau sélectionneur ne change pas la tactique mise en place par son prédécesseur, qui était un 3-4-3 très tourné vers l’offensive, et dont Muslin avait réussi à tirer profit de la complémentarité de chacun de ses joueurs.

Une addition d’individualités

La Serbie a beaucoup de mal à trouver sa propre identité de jeu. Il serait faux de réduire l’équipe à de simples individualités mais il est vrai que l’équipe, avec ce changement d’entraineur, risque d’arriver déboussolée au Mondial. Alors qu’elle a évolué en 3-4-3 bénéfique lors de la fin des phases de qualifications, elle ne devrait pas changer de système pour éviter de se brouiller lors des matchs officiels. La Serbie peut en revanche compter sur de nombreuses individualités comme Nemanja Matic, Zoran Tosic, Adem Ljajić, ou encore la pépite Andrija Živković. L’un des joueurs -s’il est appelé- qui pourrait encore plus bonifier le jeu et les prestations de la séletion Serbe serait la présence de Sergej Milinkovic-Savic dans l’entrejeu.

Ce que peut espérer la Serbie au Mondial

Même si différents facteurs font que la Serbie peut arriver désorganisée au Mondial, la sélection peut largement prétendre à une accession en 8e de finale de la Coupe du Monde. Placée dans le groupe E avec le Brésil, le Costa Rica et la Suisse, la Serbie a véritablement toutes ses chances dans ce Mondial.

Yan Houdry

Épisode précédent : Sénégal

Épisode suivant : Danemark

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom