Tout allait comme sur des roulettes pour l’OL. Deuxième du championnat, sept clean sheets de rang, et soudainement, l’accident. Après une piteuse défaite face à Lille, les Gones, désormais derrière l’OM, doivent repartir de l’avant. Mais attention, Caen est l’archétype de l’adversaire-piège pour l’OL.

Les défenses solides, cauchemars des Gones

Au classement des meilleures défenses, Caen pointe à la 3e place, avec 14 buts encaissés. Les Cannais ont bâti leur excellent début de saison sur leur solidité à l’arrière, or l’OL déteste les excellentes défenses.

Face à Nantes et Montpellier, les Gones ont livré des prestations totalement insipides, avec un triste 0-0 sans relief à chaque fois. Contre Paris, l’OL a dû se contenter d’une maigre barre transversale pour nourrir ses regrets. De quoi nourrir quelques doutes avant d’attaquer la solide arrière-garde caennaise.

L’OL Castagne FC a de la concurrence

L’autre grande force de l’OL cette saison, la puissance physique, risque également d’être mise à mal. Les Caennais sont puissants, à l’image de leur buteur Ivan Santini, 1.90m au compteur, qui ne craindra donc pas la force de Marcelo ou Diakhaby. L’OL, qui relance souvent long sur Mariano, risque d’avoir toutes les peines du monde à s’en sortir dans les airs.

Ajoutez à cela des températures glaciales et une pelouse pas forcément top, et on file tout droit vers un bon match physique comme notre Ligue 1 sait nous servir au mois de décembre, un vrai défi pour l’OL Castagne FC.

Lyon, machine de guerre à l’extérieur

Certes, l’OL souffre face aux défenses regroupées, mais Caen bétonnera-t-il à domicile ?

Pour l’instant, Lyon n’a jamais autant brillé qu’à l’extérieur, lorsqu’il n’avait pas la responsabilité du jeu. Les Gones restent sur une série de quatre victoires et un nul hors de leurs bases, avec une stat improbable : 20 buts marqués, soit 4 par match en moyenne. Face à Troyes, Saint-Etienne ou encore Nice, l’OL n’a pas fait dans la dentelle en jouant chaque contre à la perfection. Deux ou trois passes face à un bloc déséquilibré, un ou deux dribbles réussis, et les Gones trouvent le fond des filets sans se faire prier.

Faire le jeu face à l’OL peut être tentant et grisant. Saint-Etienne a cru pouvoir tirer son épingle du jeu, tout comme Troyes, avec des bonnes premières minutes à chaque fois. Mais l’OL, impitoyable en contre, n’attend que ça. Les Caennais sont donc prévenus : à eux de rester fidèles à leur jeu pour parvenir à enrayer la machine rhodanienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom