Gaëtan Charbonnier : ” Je vis la meilleure période de ma carrière”

0

En 2012, Gaëtan Charbonnier marquait son premier but en Ligue des champions avec Montpellier. Aujourd’hui, il évolue en Dominos Ligue 2 avec Brest. Auteur de 9 buts en 10 matchs, l’attaquant de 29 ans réalise le meilleur début de saison de sa carrière et entend bien retrouver l’élite avec le club breton, 3ème du Championnat. Focus sur celui que Louis Nicollin présentait comme “le nouveau Olivier Giroud”.

Ses débuts dans le foot

Pourquoi footballeur ?

C’est une affaire de famille. Mon père, Christophe, est entraîneur depuis très longtemps (30 ans) et mon grand-frère, Valentin, a toujours joué au football (il évolue aujourd’hui en DH aux Sables-d’Olonne). Depuis tout petit, je suis sur les terrains et c’était mon rêve de devenir footballeur professionnel.

Passionné par les Verts et les Red Devils

Une équipe de coeur ?

Lorsque j’étais enfant, même si je suis né à Saint-Mandé (commune du Val-de-Marne), je supportais Saint-Etienne et non le PSG. C’était le club qui me donnait le plus de frissons, devant il y avait Alex et José Aloisio, c’était génial à regarder !

Le club qui vous faisait-rêver ?

Manchester United. Après, c’est vrai que je n’ai jamais eu la possibilité de jouer dans un club étranger. C’est quelque chose que j’aurais aimé connaître il y a quelques années. Aujourd’hui, je ne me ferme aucune porte mais je ne me sens pas obligé de partir à l’étranger.

Votre style de jeu ? Attaquant pivot ?

Pas du tout. Un attaquant pivot c’est par exemple Olivier Giroud. Moi, je ne suis pas dans ce style là, j’aime bien bouger entre les lignes, aller chercher les ballons un peu plus bas… Je dirais que je suis davantage un 9 et demi qu’un attaquant de pivot, c’est même une certitude.

Son parcours professionnel

Vous êtes passé par Paris, Angers, Montpellier, Reims et Brest. Quel club vous a le plus marqué ?

Dans chaque club, il y a eu des moments qui m’ont marqué, des bons comme des mauvais. Après, c’est sûr que mon plus grand souvenir restera mes débuts en Ligue des champions avec Montpellier (2012). Juste en dessous, je mettrais la demi-finale de Coupe de France avec Angers (défaite 3-1 face au PSG en 2011). Paris est le club qui est venu me chercher dans le monde amateur et qui m’a lancé en tant que professionnel, donc c’était un match très spécial pour moi. Ensuite, en termes d’ambiance, j’ai connu de très belles saisons à Reims mais aussi à Angers au tout début de ma carrière. Et en ce moment à Brest, on a un groupe extraordinaire.

L’élite avec Montpellier

Un but à retenir ?

Mon but en Ligue des champions contre l’Olympiakos (défaite 2-1 à la Mosson). Le ballon est donné dans le coeur du jeu à Jamel Saihi qui joue long sur moi. Je fais une déviation de la tête pour Utaka qui est au duel avec un défenseur et le ballon me revient dans les pieds. Et là, je frappe une demi-volée qui va au fond.

Qu’est-ce que vous avez ressenti ?

Un an en arrière, tous les mardis et mercredis soir je regardais la Ligue des champions à la télé avec mes potes. Alors la jouer pour la première fois et en plus marquer… Je ne me souviens plus exactement mais plein de choses me sont passées par la tête.

Vous êtes resté seulement une saison à Montpellier. Un regret ?

Je suis arrivé à Montpellier pour être une doublure. Après, c’est vrai qu’on veut toujours plus et moi j’étais parti dans l’optique d’essayer de titiller Emanuel Herrera (son concurrent au poste d’avant-centre). C’était une saison moyenne où j’aurais sûrement dû faire plus. J’étais jeune (23 ans) et j’ai peut-être eu du mal à gérer toute cette pression.

L’apogée au Stade Brestois ?

Cette saison, vous avez inscrit 9 buts en 10 matchs, êtes nommé pour le Trophée UNFP de joueur du mois de septembre et avez fait votre première apparition dans l’équipe type Benchr (J9). Vivez-vous la meilleure période de votre carrière ?

Oui, sans aucun doute. Je n’ai jamais fait un début de saison comme celui-ci. J’ai eu un arrêt net dans ma carrière il y a un an et demi lorsque je me suis fait les croisés (rupture du ligament croisé antérieur). Ça m’a permis de couper un peu avec le monde du foot parce que je sortais de deux saisons difficiles avec Reims. En revenant, j’avais à coeur de trouver un projet où je pouvais prendre du plaisir. Le discours de Jean-Marc Furlan (entraîneur de Brest) m’a plu et me plaisait déjà quand je voyais jouer son équipe. Ici, j’ai retrouvé le goût de l’effort et je prends plus de plaisir sur le terrain. L’expérience fait aussi que j’appréhende les matchs d’une autre manière, j’arrive à l’âge mature – il aura 30 ans le 27 décembre -, c’est sûrement une des raisons pour lesquelles je suis aussi performant en ce début de saison.

Après avoir échoué lors des barrages la saison passée, Brest est troisième de Dominos Ligue 2 à deux points du leader messin. La Ligue 1 Conforama, c’est pour l’année prochaine ?

On a su tirer les conséquences de la saison dernière. Aujourd’hui on sait où on va, on sait comment on y va et surtout on a un groupe qui vit ensemble depuis un an, ce qui est un vrai avantage. Comme moi, certains côtoient le club et intègrent le discours du coach depuis 2 ans. Ceux qui sont arrivés en cours de route se sont très bien adaptés. Quand tout le monde s’entend bien et tire dans le même sens, que ce soit sur le terrain ou en dehors, ça ne peut que fonctionner. Être 3ème c’est bien, mais il faut surtout l’être fin mai…

Chez Benchr, on donne la parole aux supporters. Quelle relation avez-vous avec ceux de Brest ?

Ce sont des gens passionnés qui sont toujours là pour nous encourager. Ils aiment le beau jeu et je pense qu’en ce moment ils sont servis. On essaye de tout mettre en oeuvre pour les rendre heureux le week-end. Dans 10 jours, on reçoit Lorient (4ème) pour un derby de haut de tableau que les supporters attendent avec impatience. Il faudra le prendre avec beaucoup de légèreté mais aussi beaucoup de concentration.

Rendez-vous pris samedi 20 octobre (15h) pour le derby face aux Merlus !

Téléchargez l’application Benchr pour parier, analysez les rencontres et évaluer les équipes !

bannière invitant à télécharger l'application de foot second écran benchr

Matthieu Deveze

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom