L’OM, une défense en question ?

0
Adil Rami and Steve Mandanda of Marseille and Wahbi Khazri of Rennes during the Ligue 1 match between Olympique Marseille and Stade Rennais at Stade Velodrome on September 10, 2017 in Marseille, . (Photo by Guillaume Ruoppolo/Icon Sport)

Invaincus depuis la défaite à Lyon le 17 décembre (2-0), les olympiens viennent d’enchainer 6 victoires consécutives toutes compétitions confondues. Si l’attaque s’est distinguée avec 13 buts inscrits, c’est surtout la défense qui est à mettre en évidence avec seulement 1 but encaissé sur cette même période. Une sérénité à mettre au crédit d’une assise défensive trouvée avec 3 hommes clés.

Mandanda, retour réussi

S’il a commis quelques erreurs, notamment la plus marquante et visible contre l’OL, il ne faut pour autant pas s’y tromper, Steve Mandanda réalise une belle saison et ses boulettes ne cachent pas la forêt d’un retour très réussi.

S’il a connu des très nombreuses défenses laissant les adversaires se créer beaucoup d’occasions et donc l’obligeant à multiplier les parades, son rôle a un peu changé cette saison. En effet, avec la solidité d’une défense retrouvée, Mandanda concède un peu moins de tirs que par le passé et avec 73,5% des tirs arrêtés, il se classe 5ème de Ligue 1 dans ce domaine. Ce chiffre est également embelli par le nombre de cleen sheet du portier marseillais : 11. Soit le total le plus élevé en Ligue 1 cette saison. Enfin, avec 68,4% des relances au pied réussies (4ème en L1 dans ce domaine), Mandanda prouve qu’il est aussi un gardien complet sur lequel l’équipe peut s’appuyer pour sortir de situations compliquées ou pour démarrer des phases offensives.

Rami contrôle la défense

Malgré l’absence du meilleur latéral (Amavi), le repositionnement délicat de Sakai à gauche ou encore l’inexpérience de Sarr à droite, la défense de l’OM tient bon et n’a vu pour le moment aucun adversaire lui inscrire un but en 2018. Une performance collective menée de main de maitre par un homme : Adil Rami.

Véritable pilier de l’OM, l’ancien défenseur de Valence est un des atouts indispensables de Rudi Garcia en compagnie de Luiz Gustavo et Florian Thauvin. Vous voulez des preuves ? Il est l’un des seuls joueurs de l’effectif à autant jouer, en Ligue 1 il n’a raté qu’un match sur les 22 disputés par l’OM. Et devinez quel est ce match ? Je vous le donne sans attendre : le match aller face à Monaco où 6 buts avaient été encaissés… Surement pas une coïncidence.

Si son apport est largement visible dans le jeu, il est intéressant d’analyser ses performances à travers quelques statistiques pertinentes. Rami fait en moyenne une seule faute par match, c’est relativement peu pour un joueur qui passe le plus clair de son temps à défendre (évidemment) et à être au contact des attaquants adverses. Le fait de ne faire qu’une faute par match minimise les chances de coups de pied arrêtés et donc minimise les chances d’occasion pour l’adversaire.

Autre phase de jeu où il domine, les airs. En effet, Rami dégage 5,2 ballons de la tête par match contre 3,9 pour Rolando. Enfin, l’ancien joueur de Lille réalise 1,6 interceptions de passe par match se classant ainsi 4ème de l’effectif marseillais dans ce domaine (1,9 pour Amavi, 1,7 pour Zambo et 1,6 pour Luiz Gustavo).

L’atout Zambo Anguissa

Si au milieu de terrain marseillais règne le Roi Gustavo 1er sur qui tout a déjà été dit et écrit, il convient de mettre en lumière un joueur qui s’avère très important quand on analyse quelques statistiques.

C’est un peu la surprise du chef. Arrivé dans l’anonymat le plus complet sous Marcelo Bielsa, Zambo s’est installé petit à petit dans la rotation marseillaise au fil des mois. L’envol de Maxime Lopez, William Vainqueur, Lassana Diarra, Morgan Sanson, Luiz Gustavo, tous ces joueurs sont venus tour à tour ternir ses envies de titularisation. Mais le joueur s’est accroché et même s’il ne partait pas titulaire en début de saison puisque Garcia avait décidé d’aligner un milieu Lopez-Gustavo-Sanson, il a fini par devenir presque incontournable à la faveur d’un changement de système et de performances en très nette hausse.

Son match à Caen en témoigne avec des statistiques assez folles. Près de 120 ballons joués et plus de 60% de duels gagnés avec en plus un apport offensif assez important, notamment en première mi-temps où il fut l’un des seuls à aller de l’avant. Mais ici c’est l’apport défensif de Zambo qui nous intéresse et il se traduit en chiffres : le joueur intercepte en moyenne 1,7 passes par matchs et il est le marseillais qui tacle le plus avec près de 2,8 tacles par match (contre 2,6 pour Gustavo). Son entente avec le brésilien fonctionne, ce dernier est d’ailleurs dithyrambique lorsqu’il évoque le camerounais qui progresse de jour en jour aux côtés d’un joueur dont l’expérience et le savoir sont une aide capitale.

Contre Monaco, il faudra marquer pour éloigner un concurrent direct à la seconde place. Mais il faudra également contenir l’attaque monégasque amenée par des joueurs de très grande qualité, c’est en ce sens que Mandanda, Rami et Zambo devraient avoir un rôle à jouer !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom