Les pépites du Mondial #6 : Breel Embolo

1

La Suisse participera cet été à sa onzième Coupe du Monde. La Nati n’a plus dépassé les huitièmes de finale depuis la Coupe du Monde 1954, elle en était alors l’organisatrice. Dans un groupe équilibré et homogène, les suisses peuvent espérer égaler leur meilleur parcours dans un Mondial, et pour arriver à leurs fins, ils devront compter sur leur buteur Breel Embolo.

Formé au FC Bâle, où il a fait ses débuts professionnels, Breel Embolo se distingue très rapidement au sein de l’effectif suisse. Professionnel depuis ses 17 ans, le jeune talent ne tarde pas à s’imposer dans l’équipe. Sur ses trois saisons passées à Bâle, le suisse a inscrit 31 buts en 91 matchs, dont 4 en Ligue des Champions. C’est sans avoir véritablement impressionné en termes de statistiques que Breel Embolo s’engage l’été dernier en faveur de Schalke 04. Pour sa première saison en Bundesliga, l’attaquant a peu joué et n’a pas vraiment marqué les esprits en inscrivant seulement 3 buts en championnat en 9 titularisations et 12 entrées en jeu.

En sélection, le buteur manque aussi d’efficacité avec seulement 3 buts inscrits dans 23 rencontres auxquelles il a pris part. Mais Embolo a besoin de temps pour s’adapter et découvrir les équipes dans lesquelles Embolo arrive. Comme tous les jeunes joueurs, son manque d’expérience est aussi un frein, car les qualités, Embolo en a beaucoup.

Avec ses 86 kg dans son mètre 85, le suisse est très impressionnant dans sa force physique en un contre un, et malgré son corps imposant, l’attaquant de Shalke a une très grosse capacité d’accélération qui lui permet d’éliminer aisément son adversaire direct. A titre comparatif si l’on devait en faire un, il est une sorte de Romelu Lukaku de par ses aptitudes physiques, mais est bien plus percutant que ce dernier. S’il pêche encore trop à la finition, Embolo a déjà prouvé sa capacité à se mettre dans les bonnes positions de frappe, et avec une force comme la sienne, lui laisser des espaces serait une très grosse erreur.

Il est clair qu’au vu de ses statistiques, Embolo a du chemin à parcourir pour atteindre son véritable niveau. Il est clair cependant que sa marge de progression reste large et que nul doute qu’un tournoi réussi cet été pourrait faire basculer le suisse dans une nouvelle dimension.

Yan Houdry

Épisode précédent : Bentancur

Épisode suivant : Etebo

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom